Lucie Bravo s’est présentée devant les élèves des HORIZONS, décontractée. Elle leur a présenté un parcours professionnel particulièrement riche. « Pourtant, cela n’a pas démarré très fort », se rappelle la jeune femme, quand, bac littéraire en poche et sans idée d’une activité professionnelle, elle quitte en 2009 son Auvergne natale et opte pour la fac de psycho à Renne. « Ce que j’aime, c’est le manuel », se rend-elle compte alors.

Ni une, ni deux, elle retourne dans le Puy-de-Dôme pour y préparer un CAP de maçon en éco-construction avec, à la clé, un stage particulièrement enrichissant au château de Guédelon, dans l’Yonne où « j’ai été toute fière d’apporter ma pierre à l’édifice ».

Diplôme en poche, Lucie mûrit déjà un autre projet : s’installer sur une exploitation en production de plantes. C’est alors le départ pour Nyons dans la Drôme où elle obtient de haute volée, le brevet professionnel en plantes aromatiques et médicinales.

Puis, elle signe un contrat avec le journal La Montagne. « Dans ce quotidien régional, j’écrivais tout ce qui touche aux produits locaux et aux circuits courts sur le secteur de Brioude. »

Lucie en profite pour parcourir la planète et y réaliser quelques petits jobs intérimaires, au Japon, au Chili, en Egypte, au Mali ou en Irlande. Elle opte alors pour LES HORIZONS et un BTSA en Développement et Animations des Territoires Ruraux. « Au lycée, nous sommes très fiers d’avoir accompagné cette étudiante si particulière qui est arrivée dans notre formation à 26 ans », insiste Myriam Thuault, la professeur d’éducation socioculturelle.

Lucie décroche son BTSA en terminant major de promotion à l’échelle nationale. Mais le coeur est plus fort que tout et Lucie est retournée dans son Auvergne natale pour préparer à Clermont-Ferrand, une licence pro agent de développement durable.

Ouest France, 18 octobre 2017